Test Fuji GF 80mm f/1.7

Le Fuji GF 80mm f/1.7 est une optique un peu à part dans l’ensemble des optiques Fuji. Mais pas uniquement par son ouverture.

Prise en main du Fuji GF 80mm F/1.7

Les optiques Fuji GF sont solides et ce 80mm n’y fait pas exception avec une bague de mise au point large et agréable. Le sélecteur d’ouverture possède juste la bonne résistance sans aucun problème de jeu. Le pare-soleil est correct sans plus (plastique). J’aurais apprécié une bordure en caoutchouc comme sur certaines optiques Phase One. Il est maintenu en place par un système de bouton qui évite tout décrochage intempestif et assure une plus grande durée de vie comparé à un système de maintient par frottement.

Le filetage avant permet d’accueillir des filtres de 77mm. Taille qui est devenue la norme de nombreuses optiques pro en 24x36mm. La lentille frontale est large sans pour autant paraître inquiétante pour le sujet. Le cache pour objectif est efficace.

Je l’utilise sur un GFX 50R et, sur ce boîtier, le confort sur le long terme (>2h) est un peu problématique en raison d’un certain déséquilibre dans la répartition des masses et surtout par le peu de prise sur le boîtier. Mais ceci a plus à voir avec le 50R qu’avec le 80mm.

Mise au point

La mise au point est loin d’être la plus rapide, mais elle a le mérite d’être précise. Par contre, je ne l’utiliserai pas pour des sujets en mouvement, comme à peu près l’ensemble des systèmes moyen-format.

Il existe, cependant, une grosse tare de cet objectif: la mise au point avec une lumière en contre est très difficile voir donne de faux positif. Et si vous n’êtes pas concentré sur ce détail, vous pouvez vous en rendre compte uniquement une fois la séance terminée (Et possiblement dire adieu à votre client) . Cependant, je ne sais pas si le problème vient de l’autofocus à détection de contraste du 50R ou si c’est inhérent à l’optique.

Il y a également une légère tendance à mettre au point sur les cils plutôt que sur l’iris. Donc si vous souhaitez faire du portrait serré à pleine ouverture, pensez à reprendre la mise au point manuellement.

Qualité d’image

Le contraste est fort et les couleurs sont justes et saturées. La longueur focale de 80mm est un peu particulière, équivalant à 63mm sur capteur 24x36mm. Vous devrez donc vous rapprocher assez fortement de vos sujets pour un cadrage serré. Personnellement, cette proximité me convient et marche pour le style de photo que je fais, mais posez-vous la question. L’ensemble des photos qui sont présentées ont été traitées sur Capture One, il ne s’agit donc pas de photos brutes (Dont je ne vois pas vraiment l’utilité pour tout vous dire).

La résistance au Flare est presque parfaite comme vous pourrez le constater sur cette image de couché de soleil.

La transition entre les zones floues et nettes est correcte, avec néanmoins un peu de nervosité à mon goût. Ce que certains appelleront “caractère”. Il existe également quelques situations où l’arrière-plan devient très nerveux et me pose soucis, comme celui juste en dessous, pris à f/8.

Pleine ouverture

A pleine ouverture, la quantité de flou peut vite devenir problématique tellement elle est importante. Mais la partie nette possède déjà un fort piqué, sans pour autant paraître clinique. Ceci rend possible un recadrage important dans une image prise à f/1.7. Personnellement, je n’utilise la pleine ouverture que pour des portraits plein-pied pour éviter une image totalement oblitérée. Ci-après, j’ai profité d’un passage au Zoo pour faire une photo à pleine ouverture d’un petit primate qui était très proche de moi. La photo a été prise au travers d’une vitre qui n’était pas parfaitement propre mais ceci permet de se rendre compte un peu mieux de ce qui est possible en poussant un peu l’optique.

Test du Fuji 80mm, image d'un petit primate au zoo.

Comme discuté au tout début de l’article, ce 80mm est particulier en cela qu’il est moins corrigé que les autres optiques Fuji. Il y a donc une certaine douceur (halo?) qui peut très bien fonctionner suivant votre style de photo. Les photographes de portrait ou de mariage y trouveront facilement leur bonheur.

Les deux images du haut n’en sont en réalité qu’une seule, avec d’un côté la photo dans son entier et de l’autre la photo zoomée à 100% (Photo issue d’un Fuji 50 R). Les détails sont très bien préservés. Le vignettage est présent mais peut se corriger facilement. On peut y distinguer également un peu d’aberration chromatique. Celle-ci ne m’a jamais gêné mais elle pourrait être problématique suivant votre sujet.

En fermant, un peu, le diaphragme

En fermant le diaphragme à f/2.2, on augmente la qualité perçue tout en gardant un peu de douceur. A partir de f/2.8, on revient vers une optique plus classique: nette et précise. A partir de là, il s’agira avant tout de la quantité de flou que vous souhaitez obtenir dans votre image.

En diaphragmant (beaucoup)

Malgré sa grande ouverture, il serait dommage de ne pas l’utiliser avec une petit ouverture. Je ne l’ai testé que jusqu’à f/11, n’ayant pas besoin de diaphragmé plus. Le rendu de cet optique est également très bon pour de la photo de paysage même si je pense qu’il y a plus rentable

En comparant

En moyen-format numérique, je n’ai eu l’occasion d’utiliser que quelques optiques. Dans les optiques dédiées, il y a le 80mm f/2.8 Schneider-Kreuznach utilisé chez Phase One. A mon sens son rendu est meilleur que ce 80mm mais il s’agit d’un avis très personnel. La vitesse de mise au point du système penche en faveur du Fuji cependant.

Mon autre point de comparaison est le Contax 85mm 1.4 dont le rendu est le plus doux, sans doute plus organique. Mais il n’est véritablement utilisable qu’au dessus de f/2.8 voir f/4, ce qui rend la comparaison plus limitée. La mise au point est manuelle et est à mon sens le facteur le plus limitant. Cependant la différence de prix est conséquente vu que ce Contax peut se trouver d’occasion aux environs de 500 CHF. il peut en plus s’utiliser sur d’autres appareils au besoin.

Conclusion

Le Fuji GF 80mm f/1.7 fait parti de ces optiques admirables, notamment parce qu’elle est bien résolue même à pleine ouverture. Cependant, il est possible d’avoir de faux positifs dans la mise au point et ce point noir, plus que tout autre, doit être pris en compte lors de votre décision d’achat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.